Épisode 8 : 1er novembre 1931 – 30 novembre 1931

 

Tourfan. – Autochtones. © CITROËN COMMUNICATION
Tourfan. – Autochtones.
© CITROËN COMMUNICATION

Le mois de novembre débute avec une première bonne nouvelle : les négociations ayant été fructueuses, l’équipe a désormais l’autorisation de prendre des clichés de la région de Tourfan. La princesse Palta tient compagnie à l’expédition.

« Personnage curieux que celui de cette princesse, décidément. Élevée très somptueusement chez son père qui était gouverneur de l’Altaï, elle reçoit une éducation très soignée à Pékin. Elle voyage en Europe. Fait ses études de médecine à Bruxelles, passe quelques mois à Paris et revient en Chine ».

Elle déclare même :

« Je pense en français ».

 

Cantonnement d’Ouroumtsi. – Dr Pierre Jourdan (groupe Pamir) , Dr Robert Delastre (groupe Chine) et Louis Audouin-Dubreuil (groupe Pamir). © CITROËN COMMUNICATION
Cantonnement d’Ouroumtsi. – Dr Pierre Jourdan (groupe Pamir) , Dr Robert Delastre (groupe Chine) et Louis Audouin-Dubreuil (groupe Pamir).
© CITROËN COMMUNICATION

L’attente, à Ouroumtsi, est très longue. Tant qu’il n’aura pas les véhicules commandés, le gouverneur refuse que les membres de la Croisière Jaune quittent la ville. La situation est d’autant plus délicate que les politiciens, tels que le consul soviétique M. Smirnoff présent à Ouroumtsi avec les Pamir et les Chine, craignent que la guerre entre Chinois et Japonais n’éclate. Elle surviendra six ans plus tard, et prendra fin en 1945. Le 19 septembre 1931, le Japon avait envahi la Mandchourie, à l’Est de la Chine.

D’une certaine manière, l’équipe est retenue prisonnière. Sans passeport, elle ne peut rien faire. Finalement, le 19 novembre, la seconde bonne nouvelle arrive : les Français obtiennent leur passeport collectif.

« Un document impressionnant. Aussi grand que la Déclaration des Droits de l’Homme, sur un papier de soie couvert de cachets et de signes pour nous indéchiffrables. Une seule photographie : celle de Georges-Marie Haardt ».

Avec ce document, les espoirs et les rêves renaissent. Victor Point songent alors aux villes mortes du Gobi.

« Je sais qu’elles existent, dit-il. Au moins une qui ne se trouve pas loin de la route que nous allons prendre. Elle est tantôt recouverte par les dunes, tantôt dégagée ».

Les groupes Chine et Pamir étant à présent réunis et prévoyant de faire route ensemble vers Pékin, le nombre de membres de l’expédition a été réduit au strict minimum. Certains techniciens retournent en France.

« Mardi 24 novembre

Aucun fait nouveau aujourd’hui. L’expédition est réduite. Outre les camarades du groupe de Tourfan dont nous n’avons pas reçu encore de nouvelles, Reymond est parti avec Chauvet et Salesse pour essayer de ramener les caisses à la traîne sur la route.

Un télégramme de Salesse annonce son arrivée pour le 26.

Le froid a augmenté. Cette nuit, – 18. Une sorte d’assoupissement semble nous alourdir.

On nous annonce le Transsibérien interrompu sur la ligne voyageurs de Vladivostock. Que se passe-t-il en Mandchourie ? Beaucoup de nouveau ce me semble, à l’est ».

Dans la neige, les voitures ressemblent à de lourdes bêtes, soumises à la rude épreuve du froid. En dépit des apparences, les seules difficultés réelles sont les rivières. Néanmoins, puisque celles-ci sont gelées, les véhicules peuvent rouler sur la glace.

Ouroumtsi sous la neige. © CITROËN COMMUNICATION
Ouroumtsi sous la neige.
© CITROËN COMMUNICATION

Deux nouveaux membres intègrent l’équipe. Il s’agit d’Abel et Caïn, deux chiots qui deviennent les mascottes des deux groupes. Ils partiront avec eux d’Ouroumtsi, le 30 novembre, après un mois et deux jours passés sur place. Pour le groupe Chine, l’attente aura duré cinq mois. La neige menace de tomber le jour du départ.

« Premier casse-croûte dans le bled retrouvé. Le froid seul nous surprend. Nous ne le sentons pas sous nos fourrures. Seules les mains nous font souffrir. Elles se collent à l’assiette de métal qui est décidément en dépit de son esthétique, peu commode.

C’est l’assiette tantale. L’été avec le soleil qui tape en plein dedans, on est forcé de manger en lui tournant le dos. L’hiver, elle colle aux doigts. Pire qu’un glaçon. »

Pour rattraper le retard pris à Ouroumtsi, l’équipage roule sans s’arrêter. Lorsque les véhicules arrivent au pied des montagnes gelées, les aventuriers entaillent « au pic et à la pioche cette pente qui ne dépasse pas 10% mais dont le revêtement est plus glissant qu’un parquet ciré ». Un travail exténuant qui leur permettra d’atteindre Turfan. Ils ne sont cependant pas au bout de leurs peines.

Ils entrent dans « la chambre des vents de la Chine ».

 

L’Aventure Peugeot Citroën DS réunit au sein d’une même association les entités classiques des trois marques automobiles du Groupe PSA, l’Aventure Peugeot, Citroën Héritage et DS Héritage, et deux entités patrimoniales, la Caapy et les Archives de Terre Blanche.

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

© 2017 - L'Aventure Peugeot Citroën DS. Tous droits réservés.